Monuments

 

Château de Denonville

Inscrit Monuments Historiques (1976, 2007).

Une promenade à travers les âges, du moyen-âge au siècle des lumières ! Depuis les salles à voûtes d’ogive du XIIIe siècle jusqu’à la somptueuse salle à manger et son décor à la Française du XVIIIe en passant par son grand escalier à la Mansard en fer forgé.

Aujourd’hui, le château et ses tours rondes affichent une singulière silhouette en brique rose dans le bourg. Son histoire remonte à l’invasion des romains qui y installèrent une ferme pour approvisionner Rome en blé. Au fil des ans cette ferme fut fortifiée puis, durant les guerres de religion, elle devient un château fort entouré de douves défensives. Elevé au rang de Marquisat par Louis XIV, le château fut laissé à l’abandon. Très dégradé, en 1760, la décision fut prise de demander à l’architecte Liégeon de reconstruire, sur les fondations, une demeure simple, s’intégrant aux communs du XIIIe siècle. A la révolution, la propriété fut confisquée puis rachetée aux Biens Nationaux.

Seigneurie connue dès le Moyen-Age. Le château est en briques, de style néoclassique dépouillé. Le corps central a été bâti en 1770 par l’architecte Liégeon, qui a conservé aux angles les quatre tours rondes du château antérieur. L’édifice est précédé d’une cour d’honneur pourvue de fossés secs en demi cercle, le tout fermé par une grille. De part et d’autre de cette cour se trouvent les ailes faisant office d’écuries et de cuisines, de dépendances et de basse-cour.

Il a appartenu aux Moncalm, au XVIIIème siècle.

Au début du xxe siècle, le château est vendu à l’antiquaire américain Berniem qui le démonte partiellement pour vendre ses matériaux aux États-Unis. La ruine est vendue vers 1910 à la famille d’Émile Sureau. Monsieur Jean Boutroue, ancien maire de Denonville, neveu par alliance à la suite d’un remariage, hérite et rachète les parts des autres héritiers avec son épouse née Madelaine Dessus de Cérou. Ils restaureront une partie du château.

Le château a été vendu en 1975 par la famille Boutroue à des restaurateurs (famille Romet) ; après une restauration complète de plusieurs années, ce lieu est proposé pour l’organisation de réceptions tels que les mariages.

Église Saint Léger

Nef composée d’un vaisseau principale et d’un collatéral au nord. Un clocher hors-oeuvre se trouve au sud ainsi qu’une chapelle seigneuriale. Le chœur est composé d’une travée droite et d’une abside semi-circulaire.

Une première église est construite fin XIe, début XIIe par Étienne de Denonville. Elle est modifiée au XVIe par Pierre de Hémard. Une chapelle seigneuriale est bâtie peu de temps après la mort de Jacques de Hémard, seigneur de Denonville en 1559. Sur l’ancienne voûte , on y voyait encore en 1658 « les armes et blasons en plain de la famille de Hémard, qui sont à 6 burelles de sable, autour desquelles est le chapeau et les cordons d’un cardinal issu de la famille« . La voûte est reconstruite par la famille de Brisay en 1722. Un projet de prolongement de l’église est envisagé en 1755 mais pas mis à exécution. C’est en 1770 qu’est construit le collatéral nord.